Acheter du sexe est un crime

15 avril 2019

La prostitution aux Pays-Bas from BuyingSexIsACrime.org on Vimeo.

En 2000, les Pays-Bas ont levé l'interdiction historique des bordels qui remonte à 1911. L'étude 2007 réalisée par Daadler pour le compte du ministère de la Justice indique qu’il « n'y a pas eu d'amélioration significative de la situation des personnes se livrant à la prostitution ». Leur bien-être émotionnel était inférieur sur tous les aspects mesurés et l'utilisation de sédatifs augmentait.

Une étude réalisée en 2008 par la police nationale a conclu que 50% à 90% des femmes prostituées autorisées travaillaient contre leur gré. En 2011, un adjoint au maire d'Amsterdam a qualifié la décriminalisation d '"erreur nationale" et a déclaré que le gouvernement avait été "naïf et répréhensible". Un rapport conjoint de la ville d’Amsterdam et du ministère de la Justice montre qu’une grande partie de l’industrie légale du sexe perpétue l’exploitation et la traite des êtres humains et que le crime organisé a gardé le contrôle de cette industrie.

En 2011, le RIEC Noord-Holland, un organisme gouvernemental chargé de la prévention de la criminalité, a déclaré que 17% seulement de la publicité sur la prostitution provenait de bordels agréés. La décriminalisation et la légalisation n'ont pas empêché une augmentation de la prostitution cachée ou illégale.

https://www.acheterdusexeestuncrime.org/index.php/obtenir-des-informatio...

La prostitution en Suède from BuyingSexIsACrime.org on Vimeo.

En 1999, la Suède a adopté une loi interdisant l’achat de services sexuels, mais pas la vente de services sexuels. Les vendeurs de sexe reçoivent de l’aide pour s’éloigner de la prostitution. Avec l'éducation et la coercition, la loi dissuade les acheteurs de sexe. Cette loi est connue sous le nom de modèle suédois ou modèle nordique et a été adoptée par un nombre croissant de pays, dont la Norvège, l'Islande, la France et l'Irlande. Le Canada a adopté le modèle nordique en 2014, mais les efforts d'application et de transition ont été minimes.

Le ministère suédois de la justice a publié un rapport en 2010 qui indiquait qu'en s’attaquant à la demande de sexe, la loi constituait une barrière contre le crime organisé, les trafiquants et les souteneurs en Suède. En réduisant la demande d'achat de services sexuels, la loi a découragé les réseaux criminels d'investir sur son territoire. Le nombre de personnes exploitées dans la prostitution de rue a diminué de moitié depuis 1999, sans augmentation de la prostitution "cachée".

Avant la promulgation de la loi, la majorité des Suédois s’opposaient à l’interdiction de l’achat de services sexuels. Mais 10 ans plus tard, 70% l’appuient pleinement, en particulier les jeunes. Il est devenu socialement inacceptable d'acheter du sexe.

https://www.acheterdusexeestuncrime.org/index.php/obtenir-des-informatio...